Espace Muséal "Les Bains de la Reine"

Association Kastell Kozh

5, place du château 56160 Guémené-sur-Scorff

Entrée libre et gratuite

Horaires

Avril, mai, juin, septembre

Mardi au dimanche de 10h à 12h30 et de 14h à 18h

(Fermé le 01/05)

1er juillet au 31 août

Tous les jours de 9h30 à 13h et de 14h à 18h30

(ouvert les 14/07 et 15/08)

Octobre à mars

Mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30

(Fermé les 25/12 et 01/01)

Entrée gratuite

02 97 28 01 20

kastell.kozh@orange.fr

  • Facebook - White Circle
  • Google+ - White Circle

Idées de sorties? c'est par là!

Office de Tourisme du Pays du Roi Morvan

logo_nom_pourpre.jpg

L'appartement des Bains

conduits, dont deux dans le mur d’en face, de chaque côté de la fenêtre et deux autres, à gauche et à droite du lavabo. Le remplissage des vasques situées dans la salle de chauffe était assuré par les étuviers. A l’image du système d’air chaud, des conduits partant de cette salle traversaient le mur mitoyen pour alimenter les deux lavabos de la chambre d’étuve. Il suffisait de prendre de l’eau dans un de ces lavabos et de la verser directement sur le sol pour produire de la vapeur. La légère inclinaison du sol permettait l’évacuation de l’eau par un système d’écoulement se trouvant sous les auges.

La chambre d’étuve

La chambre d'étuve est une pièce rectangulaire de 2,25 m de long, d’1,80 m de large et de 2,50 m de haut. A l’intérieur l’architecture est d’inspiration gothique, on y retrouve une voûte d’ogives nervurées qui convergent vers un médaillon à décor végétal. Les nervures reposent sur des culs-de-lampe représentant une tête de femme : Jeanne de Navarre, une tête d’homme : Jean Ier de Rohan, un lion et un diablotin. Au fond de la chambre d’étuve se trouvent deux auges alimentées en eau par les conduits venant de la salle de chauffe  en traversant le mur mitoyen. Une seule ouverture est d’origine, celle se trouvant à l’est. La fenêtre située au dessus des lavabos correspond à un réemploi du XVIe siècle, lors de la transformation de la chambre d’étuve en buanderie.

Il se compose de la chambre d’étuve : « Les Bains de la Reine » et d’une salle de chauffe appelée la « cuisine des bains » qui a disparu aujourd’hui. L’étude archéologique de l’édifice laisse supposer qu’’il existait une troisième pièce qui aurait pu servir  de salle de repos ou de salle de bain.

La salle de chauffe

Elle se situait à l’ouest de l’étuve et était beaucoup plus grande que cette dernière : 7 m sur 6,50 m. Ces deux pièces étaient séparées par un mur mitoyen dans lequel était intégrée la cheminée. Dans le fond de l’âtre deux ouvertures en arcs brisés débouchaient sur l’hypocauste. La partie droite du foyer correspond au départ des conduits d’adduction d’eau pour les lavabos.

 

Le fonctionnement

Il s’agit d’un système de chauffage par le sol ou hypocauste hérité des thermes romains. On allumait un feu dans la cheminée, au fond du foyer. Les conduits traversant le mur mitoyen acheminaient l’air chaud qui stagnait sous le dallage de l’étuve. Une petite ouverture située en haut de la cloison de l’édifice permettait à l’air chaud de se répandre entre la voûte actuelle et une autre voûte qui a aujourd’hui disparu. L’excédent d’air chaud, emprisonné, chauffait la cloison et refluait dans l’hypocauste. Cet air chaud renouvelé constamment, s’infiltrait dans quatre autres